Oh non ! Votre navigateur est trop ancien pour profiter pleinement de MacPlus.
Nous vous recommandons de le mettre à jour.
22 septembre 2014
Dernière mise à jour : 20h11

Un "TouchPad" optique Apple ? [MàJ]

La bonne vieille souris du Macintosh à un bouton a 20 ans : Apple vient de déclarer la naissance de la petite-fille de celle-ci.

Publié le 11 mars 2004

Voici quelques mois, des rumeurs avaient couru à propos d’une nouvelle souris Apple. Des images tirées du brevet en cours d’évaluation en avaient même été publiées. Celui-ci vient d’être publié et MacPlus vous en décrit le fonctionnement.

Tout le monde connaît la bonne vieille souris mécanique des débuts de Macintosh : le déplacement du pointeur à l’écran est en fait le résultat du déplacement de la souris sur le bureau. Il s’agit en fait de la matérialisation des mouvements de la boule a l’intérieur de la souris, en contact avec le bureau et retransmis en abscisse et en ordonnée par deux ou trois cylindres faisant office de capteurs. Un ou plusieurs boutons situés sur le corps de la souris permettent d’effectuer des actions sur l’interface utilisateur symbolisée à l’écran, et les bases en avaient été posées par le PARC de Xerox à la fin des années 70.

Depuis le système en a été amélioré : avec le trackpad, pour éviter d’avoir à sans arrêt manipuler la souris dans un espace de travail réduit, on a en quelque sorte "retourné" la souris à l’envers pour ne plus faire translater que la boule, seul élément utile, au lieu de déplacer l’intégralité du dispositif.

Dans des espaces de travail encore plus réduits, comme les genoux d’un travailleur nomade ou la tablette d’un siège d’avion par exemple, la boule a été remplacée par une membrane et les mouvements transmis à une surface sensible à la chaleur, l’index de l’utilisateur par exemple. C’est le dispositif qui équipe désormais la plupart des ordinateurs portables.

En ce qui concerne les souris telles qu’on les connaît maintenant depuis 1984, le dispositif boule+ capteurs cylindriques qui avaient tendance à s’encrasser a été remplacé par un dispositif de capteur optiques de réfléchissement de lumière. Une molette mécanique a aussi été ajoutée au sommet, permettant de faire défiler verticalement les pages des documents. Un emetteur radio a permis de s’affranchir de la transmission filaire pour faire communiquer la souris et l’ordinateur.

Le brevet n° 20040046741 déposé par Apple en septembre 2002 et publié aujourd’hui-même fait tout simplement la synthèse de ces éléments : il s’agit de doter le dessus de la souris d’un ’touch pad’ optique, capable de transmettre les mouvements du doigt et de les retranscrire à l’écran. Il décrit le dispositif en tant qu’il permet soit d’émuler le déplacement d’une souris, soit celui d’une molette, soit l’un et l’autre tour à tour en fonction de la position choisie, sans aucune pièce mobile. La force nécessaire à son utilisation serait rien moins que minime, avec les gains en terme de confort et d’ergonomie que celà sous entend.

Ce dispositif n’est pas sans rappeler la fameuse molette de l’iPod, et qui est l’une des clefs de son succès. Il s’agit même tout simplement de son adaptation à l’ordinateur, que ce soit le modèle de bureau comme sur cette vue d’artiste de notre Cédric, mais aussi pour les ordinateurs nomades qui sont devenues les machines les plus prisées de la Pomme. Il ne reste plus qu’à lui souhaiter autant de succès qu’au baladeur de Cupertino...

[MàJ et précision]

Il s’agit bien ici du brevet n° 20040046741 dont l’intitulé est ’Mouse having an optically-based scrolling feature’, déposé le 9 septembre 2002 et publié le 11 mars 2004, et qui décrit un dispositif de défilement optique. Il semble s’agir en fait de la poursuite (ou de l’aboutissement ?) d’une réflexion entamée voici plusieurs mois et dont le brevet n° 20030076303 intitulé ’Mouse having a rotary dial’, datant du 7 février 2002 et publié le 24 avril 2003 posait les jalons. MacObserver en avait alors rendu compte, avec l’illustration suivante tirée du brevet.

John Kheit qui avait écrit l’article pour MacObserver en avait alors déduit qu’il s’agissait d’une façon d’introduire le fameux deuxième bouton, récurrent depuis les débuts du Mac et de sa souris à bouton unique, et ceux du Personal Computer d’IBM et de sa tortue à deux boutons. Or le choix la souris mono-bouton était bien à la base du concept de Macintosh, quand la souris du PARC n’en comportait pas moins de 3.

En l’occurrence, le dispositif déposé dans ce brevet du 24 avril 2003 décrit un disque sur le corps de la souris, effectuant des rotations autour d’un axe central, qui lui permettent de contrôler les déplacements du curseur à l’écran.

Dans le brevet du 11 mars 2004 et dont il est question aujourd’hui, il s’agit d’un dispositif optique, utilisant la réflexion de la lumière pour détecter les infléchissements du doigt, de la même façon que la souris optique actuelle détecte les mouvements sur la surface de contact, bureau ou tapis de souris.

Il s’agit en quelque sorte d’un renversement figure/fond, comme pour le cubisme par rapport au plans successifs habituels tels qu’ils sont présentés : ce n’est plus l’index qui sert à cliquer et l’ensemble de la souris à déplacer le pointeur à l’écran : c’est un mouvement infime de l’index qui déplace le pointeur et l’ensemble du corps de la souris qui produit le clic...

Petites-Annonces
annonces actuellement disponibles.

Votre futur Mac, iPhone ou iPad se trouve peut-être parmi nos petites annonces 100% gratuites. Voir les annonces

A notreavis...
Pour
Contre
PlateformePrix

Ed./Fab. : Apple

Commentaires