Oh non ! Votre navigateur est trop ancien pour profiter pleinement de MacPlus.
Nous vous recommandons de le mettre à jour.
26 juillet 2014
Dernière mise à jour : 14h41

Les défauts de l’iPhone

L’iPhone de la colère. (mis à jour)

Publié le 7 janvier 2008

Attardons nous aujourd’hui sur les aspects négatifs de l’iPhone. Car il y en a, et ils peuvent devenir très énervants au quotidien.

Ce nouveau test du terminal Apple intervient après plusieurs semaines d’utilisation, son objectif est de déceler les principales limitations de l’appareil et non pas de troubler le concert de louanges - méritées au demeurant - entourant la mise sur le marché de cet objet révolutionnaire. L’iPhone utilisé pour ce test est un modèle vendu en France, doté de 8 Go de capacité de stockage et fonctionnant avec la dernière version officielle du logiciel interne 3B48b (1.1.2).

 L’autonomie de l’iPhone

Elle est tout bonnement « scandaleuse » pour un appareil de ce type. Si vous désirez vraiment vous servir de votre appareil en mode professionnel, c’est-à-dire en allant souvent sur le réseau Internet et en relevant vos nombreux courriels dotés de lourdes pièces-jointes toutes les heures, votre terminal tiendra à peine la journée. Il suffit de téléphoner plus de 45 minutes par jour et de vous amuser à écouter un peu de musique durant les trajets vous séparant de votre domicile à votre travail et le tour est joué. Vous serez obligé de le recharger tous les jours, voire même durant l’après-midi si vous avez utilisé intensivement l’appareil.
Alors forcément, avec un écran aussi confortable et aussi grand, Apple n’a pas les moyens de nous garantir une autonomie digne de ce nom. Il est vrai que ce grand écran lumineux consomme beaucoup d’énergie, mais nous n’en avons cure : le constructeur se doit de trouver les moyens pour atteindre ses objectifs. Nous comprenons d’autant mieux l’absence de puce UMTS (ou 3G) dans ce type d’appareil... l’autonomie aurait été ridicule et les ventes auraient sûrement fait de la chute libre.

A titre d’exemple :

1) recharge de l’appareil le lundi soir à 21 heures - appareil laissé en veille
2) utilisation intensive dès le mardi à 08h45 (1h05 de téléphonie / 157 courriels traités + 18 Mo de PJ / envoi de 17 SMS / 55 minutes de surf sur internet / 17 minutes d’écoute audio / 2 recherches via Plans pour trouver une pizzeria / mode WiFi exclusivement pour accès à internet / Bluetooth éteint)
3) reste moins de 20% d’autonomie le mardi soir à 19 heures - obligation de recharger pour le lendemain - message iPhone nous demandant de recharger
4) l’iPhone chauffe sur sa partie haute (là où se trouve l’écouteur)

A notre avis, nous devrions pouvoir tenir au moins 48 heures, sans être obligé de penser à localiser une prise dans un environnement urbain qui peut parfois être hostile envers votre iPhone (dans le métropolitain, dans un bus, sur un quai de gare, etc.).

 Le réseau EDGE et la dent bleue

Nous ne sommes pas des fervents supporters du réseau UMTS (encore baptisé 3G) face au réseau EDGE, utilisé par l’opérateur Orange pour servir de support à l’iPhone. Ce dernier ne pouvant utiliser que cette norme. Les différences en termes de vitesse peuvent parfois, en fonction des sites visités ou de l’utilisation que vous en faites, ne pas être flagrantes (exemple : www.google.com ou iphone.liberation.fr). Mais parfois, le réseau EDGE semble d’une lenteur extrême sur des sites un brin complexes ; voire limite insupportable vous obligeant à abandonner votre navigation endiablée. Dans ce cas précis, il ne suffit pas d’être sous couverture EDGE pour profiter pleinement de la vitesse disponible, la bande passante présente quelques accrocs supplémentaires si vous vous trouvez dans une zone urbaine dense au sein de laquelle de nombreux utilisateurs dudit réseau sont en pleine activité. Et là, cela peut vite devenir l’enfer lorsque le passionné de nouvelles technologies veut à tout prix accéder à un site dans la minute qui suit...

Vous me direz, mais il y a surtout la connexion WiFi. Et l’iPhone est dédié pour ce type de connexion lorsqu’il veut accéder au réseau des réseaux. Certes, mais avant de trouver l’un des nombreux Hot-Spots (30 000) d’Orange dans votre environnement quotidien pour vous connecter à la vitesse de la lumière, il faudra peut-être en passer le plus souvent par la connexion EDGE. Et les nombreux réseaux privatifs que votre terminal sera à même de détecter dans un rayon de 50 mètres sont le plus souvent fermés et donc il ne vous seront d’aucun secours pendant que vous consommerez votre traditionnel jambon-beurre sur le banc public au moment de la pause.

Nous sommes les premiers à dire que le réseau EDGE peut être amplement suffisant pour un usage « grand-public » de l’iPhone. Nous vous confirmons notre opinion sans nous renier. Toutefois, lorsque l’usage est devenu rapidement intense (ou professionnel, dirons-nous), le réseau EDGE montrera vite certaines limitations si les sites consultés sur Internet ne sont pas légers ou dédiés spécifiquement à l’iPhone.

Concernant le mode de connexion Bluetooth, mis à part la possibilité de connecter une oreillette à l’iPhone -vous transformant par la même occasion en un tireur d’élite attendant un ordre qui ne vient jamais- vous ne ferez pas grand chose. Vous allez pouvoir synchroniser votre terminal avec le Mac, mais pour faire quoi ? Et bien pas grand chose car il vous sera impossible d’alimenter le Mac ou l’iPhone en données via ce mode de connexion. Une limitation scandaleuse comme l’avait imposée Research In Motion (RIM) avec son premier BlackBerry Pearl. Vous allez me dire mais l’iPhone se synchronise avec iTunes automatiquement pour échanger les données. Certes, mais pourquoi une telle limitation ?-----

 Les SMS sans les MMS, et le clavier pour doigts boudinés

Et que dire de cette limitation inexplicable que nous propose l’iPhone : impossible d’envoyer et de recevoir des MMS (ce sont des SMS améliorés qui peuvent véhiculer de l’image en plus du texte) depuis son terminal ! Mais vous n’y êtes pas ma bonne dame, les MMS ne sont plus utilisés à l’heure du courriel pour tous. Oui mais non. Vous avez encore de nombreuses situations où l’envoi d’un MMS peut s’avérer très utile : l’un de vos parents qui aimerait profiter en temps réel du sourire du petit dernier en train de s’extasier devant un sanglier amical dans la forêt de Blois, et qui n’a pas Internet mais juste un téléphone portable.

Vous pourrez contourner cette limitation en « craquant » votre iPhone et en installant de nombreux logiciels tiers. C’est pour le moment illégal et vous ne pourrez pas bénéficier des mises à jour officielles de la firme de Cupertino. Cette option relève donc de votre responsabilité.

Quant au mode SMS, il est imparfait. Certains apprécient le mode iChat pour visualiser et gérer ses messages texte, d’autres non. Mais Apple ne propose pas (pour le moment ?) une option nous permettant de choisir l’affichage et la gestion de nos SMS. De plus, nous ne pouvons pas effacer un message en particulier dans un échange contenant plusieurs messages envoyés et reçus : il faut tout effacer... ou tout conserver.
Nous sommes nombreux à avoir “maudit” Apple le 31 décembre dernier juste avant minuit, lorsque les traditionnels vœux numériques (plus de 50 millions de messages) ont été échangés par téléphones interposés. En effet, il fallait envoyer un SMS par contact sélectionné, le multipostage étant impossible et non supporté pour le moment par le logiciel officiel Apple. Nos pouces en sont encore tout retournés.

Le clavier virtuel qui équipe l’iPhone est une très bonne idée, certes, mais connaît lui aussi quelques limitations un peu gênantes. Par exemple, la possibilité de l’utiliser dans sa version « étendue » ; c’est-à-dire lorsque le terminal est à l’horizontale (touches plus grosses et plus d’espace entre lesdites touches) est réservée à l’application Safari.
Alors que sous Mail par exemple, c’est impossible. Et pourtant, cela serait plus qu’agréable pour écrire ses missives numériques.

Gageons que la rumeur est vraie, et que nous allons connaître une mise à jour rapide du logiciel interne de l’iPhone. La version attendue (numérotée 1.1.3 ou 1.2.0) devrait corriger ces inepties originelles.

 Le copier-coller, la suppression multiple

En attendant de vérifier ces rumeurs, lorsque la mise à jour sera effectivement disponible au téléchargement, nous ne pouvons que déplorer l’absence de cette fonctionnalité de base : inventée par le Xerox Palo Alto Research Center dans les années 70 et popularisée par Apple depuis 1984 ! Tout de même, c’est aberrant de ne pas pouvoir sélectionner du texte et de le placer où on le désire ! Cela freine la convivialité du produit, assurément.
Vous recevez un courriel, vous êtes en train d’échanger une discussion par SMS, bref vous avez besoin de copier une partie des données reçues pour les envoyer à quelqu’un d’autre ou les coller dans une note. C’est impossible. Et c’est très énervant.

Et que dire aussi de l’impossibilité qu’ont les utilisateurs du terminal intelligent de pouvoir sélectionner de multiples messages pour les effacer d’un coup ! Il faut se “farcir” l’opération de nettoyage message par message. Là aussi, c’est une aberration qui ne se justifie par aucune limitation technologique connue ou énoncée par Apple lors de la mise sur le marché de son produit.
Et pouvoir, depuis un nouveau courriel, sélectionner l’option “joindre une PJ” qui nous permettrait d’aller chercher directement notre photo ou notre mémo sur le disque de l’iPhone après avoir commencé la rédaction du texte. Actuellement c’est impossible il faut d’abord aller sélectionner LA photographie à envoyer et ensuite rédiger le courriel.

Enfin, l’envoi de plusieurs photographies depuis son iPhone via un courriel pourrait être une option intéressante tout de même. Les capacités des boîtes aux lettres de nos jours sont d’au moins 5 Mo. Là, nous sommes obligés de coller une image dans un courriel et de l’envoyer ; opération que nous devrons répéter autant de fois qu’il y aura d’images à envoyer.

 Conclusion... provisoire

Cet appareil intelligent que nous propose Apple est réellement « révolutionnaire » au niveau de son ergonomie et des fonctionnalités proposées. A l’image de Mac OS X, nous avons un produit qui s’utilise très facilement, très intuitivement. Et qui n’a pas - encore - de concurrent sérieux sur le marché après plus de 6 mois d’existence. Est-ce une raison pour ne pas corriger ses défauts de jeunesse qui sont plus que rédhibitoires pour les utilisateurs les plus intensifs ?

Mise à jour : suite à la parution de notre article, un lecteur nous a fait parvenir une prose numérique dont l’intérêt est de compléter ce "coup de gueule" de la rédaction au sujet du terminal Apple. Je vous livre donc les points noirs décrits par notre lecteur du sud de la France, avec l’accent et sans retouche préalable :)-----

« Je rejoins tout à fait votre analyse. Il faut être de grands malades, comme vous et moi, pour avoir alourdie nos poches de cette brique de métal, verre et autres plastiques cancérigènes.

Pour ma part je rajouterai à votre liste d’imperfections à revoir, les choses suivantes :

 un correcteur de frappe intrusif, et pénible à la longue (comment supprimer ce truc qui nous impose des corrections le plus souvent stupides ?)
 la bourse seulement américaine et dont on se fout un peu tout compte fait.
 un googlemap parfois d’une lenteur exaspérante au point de ne plus en faire la démo aux copains.
 l’absence de lecteur Adobe flash qui rend inutilisable bon nombre de sites web d’information, vente, charmes...
 l’impossibilité d’utiliser un stylet pourtant si pratique pour les boxeur comme moi :)
 la recherche systématique de borne WiFi qui bouffe l’autonomie
 le bluetooth pas compatible avec toutes les oreillettes (raté pour celle de mon casque moto par exemple :(
 une calculette indigne d’un appareil à 400€
 la météo qui donne pas la vitesse du vent (à Marseille le vent c’est important mon bon Môôôsieur).
 une sonorité du casque assez "bof" sur iTunes et pas beaucoup d’alternatives pour le moment pour améliorer cela.
 un correcteur sonore (Egaliseur) placé dans les préférences et non pas là où on l’attends (dans iTunes).
 le visual voicemail qui se mets parfois en drapeau sans que l’on sache pourquoi ni comment.
 impossibilité d’effacer seulement un certain type d’appels (répondus ou pas répondus tous s’effacent avec la commande "tout effacer")
 un mode main-libre qui hachure le son (problème d’annulation d’écho sans doute)
 un appareil photo sans flash. Pour les fêtes de fin d’année je ne vous dit pas la honte lors des démos familiales.
 aucune options même les plus basiques (zoom, balance des blanc, résolution, panoramique, vidéo,...)
 l’impossibilité de supprimer des photos depuis itunes sans les importer avant

A mon avis, Apple a un peu bâclé le coté téléphone pour se concentrer sur le coté iPod. Je dirais même, ayant un iPod Touch sous la main, que l’idée m’est venue d’en faire un téléphone à la dernière minute tellement certaines imperfections sont flagrantes et indignes du "finit" de certains autres aspects du produit (multi-touch et sa gestuelle, accéléromètre, intégration itunes,mail,web...)
Bref pour moi l’iPhone c’est la WII des téléphones GSM.... sauf qu’il coûte le prix de la PS3 ! Mon seul conseil serait de ne souscrire qu’à un forfait 12 mois, histoire de pouvoir se payer le prochain (qui sera forcément mieux) sans trop attendre.

Quant à "en avoir un ou pas", la question ne se pose même pas en ses temps de "now it’s showtime" :)

Le Kit 2008 est composé de :
Voiture Audi (modèle variable en fonction du statut familial)+cartable Hermès+ PowerBook Noir+ Stylo Mont-Blanc+Montre Rolex+Apple Iphone + si possible un Top Model encore en vogue*

Réconcilier le Trader de la City et le Geek au fond de sa cave, c’est ça la magie de l’iPhone.

*attention se pavaner au bras d’Agnés Souret (Miss France 1920) ne compte pas :) »

iPhone chez Apple.com

Petites-Annonces
annonces actuellement disponibles.

Votre futur Mac, iPhone ou iPad se trouve peut-être parmi nos petites annonces 100% gratuites. Voir les annonces

A notreavis...
Pour
Contre
iPhone
PlateformePrix

Ed./Fab. : Apple

Commentaires