Suivez-nous

Applications

AppGratis supprimé de l’AppStore

Il y a

  

le

 

Par

appgratisscreens.jpg

Bâtir un modèle économique reposant presque exclusivement sur l’AppStore est un sport de haute voltige nécessitant des nerfs d’acier. C’est placer son avenir entre les seules mains d’Apple, qui peut du jour au lendemain faire tomber le couperet et assombrir d’un coup une belle idée. L’application AppGratis, qui propose bons plans et gratuités de logiciels, en fait actuellement l’amère expérience : ce service imaginé par le Français Simon Dawlat, a en effet disparu de la boutique d’apps d’Apple. Malgré ses 10 millions d’utilisateurs dans le monde, et un tour de table récent où plusieurs investisseurs -dont Orange- ont mis 10 millions d’euros sur la table, se retrouve dans la tourmente, AppGratis ayant tout misé sur la plateforme pommée.

Le précédent AppShopper aurait pu mettre la puce à l’oreille du fondateur d’AppGratis : le 19 décembre dernier, cette application, offrant peu ou prou les mêmes services qu’AppGratis, était expulsée de l’AppStore sous le coup de l’article 2.25 de la politique d’Apple. Cette règle stipule que «toutes les applications qui affichent d’autres applications autres que celles de l’éditeur à des fins de ventes ou de promotions sous une forme proche ou permettant la confusion avec l’AppStore». Or, malgré une éditorialisation des contenus et les efforts de l’éditeur d’AppShopper (qui détient, entre autres, le site MacRumors), l’app n’est toujours pas revenue sur la boutique.

En ira t-il de même pour AppGratis ? Cela paraît compromis, même si Dawlat met en avant son équipe qui réalise un vrai travail de hiérarchisation des logiciels gratuits et en promo. À l’époque de la suppression d’AppShopper, il se déclarait confiant : «Nous pensons apporter une valeur ajoutée significative à l’écosystème d’Apple, en envoyant 100 millions de visites sur l’AppStore par an».

Il semble surtout que ce soit le modèle économique d’AppGratis qui soit en cause : les éditeurs avaient la possibilité de payer le service pour placer une app en tête de liste histoire de bénéficier de la base utilisateurs du logiciel. Apple aurait pris ombrage de ce principe, qui fausse le jeu des classements sur l’AppStore tout en court-circuitant le travail de mise en avant des propres équipes d’Apple. AppGratis reste disponible via son site web, mais cela ne sera sans doute pas suffisant pour remplacer complètement son application native très populaire.

Source