Suivez-nous

Interview

iPod Backstage : entretien

Marc Geoffroy et Gilles Dounès (alias Boro) ont coécrit ce qui s’annonce comme le best-seller de l’Apple Expo et de la rentrée, catégorie “technologie démystifiée” : “iPod Backstage, les coulisses d’un succès mondial”. Rencontre avec Marc Geoffroy :

Il y a

  

le

 

Par

Ormerry : Comment vous est venus l’idée à tous deux, d’écrire un livre sur la genèse de l’iPod d’une part, et de collaborer d’autre part ?

Marc Geoffroy : Gilles Dounès et moi-même avons eu l’idée d’écrire un livre chacun de notre côté. Pour Gilles, c’est parti du Midem 2004, où les professionnels de la musique se plaignaient que le piratage de la musique les coulait et ils mettaient de la mauvaise volonté à accepter la solution musique d’Apple. En plus, il y avait eu la pantalonnade du printemps, où Jean-René Fourtou clamait partout qu’Apple voulait racheter Universal Music. Gilles avait un dossier sur iTunes et l’iTunes Music Store qui grossissait, avec en-même temps l’intuition de l’articulation avec l’iPod. Mais l’Internet ne lui suffisait pas pour déployer sa pensée.

Pour ce qui me concerne, l’idée d’écrire un livre sur Apple date de l’été 2000, après une série de portraits des hommes clés d’Apple, publiées sur Vnunet. Il a fallu 4 ans, de 2000 à 2004 pour que l’idée mûrisse et prenne forme, et qu’une opportunité se présente.

Pour ce qui est de collaborer avec Gilles, l’idée m’est venue en octobre 2004, alors que nous discutions par iChat. Nous nous étions contacté plus tôt et nous nous appréciions mutuellement. J’ai donné à Gilles le choix entre succès commercial ou succès d’estime 😉 Il a choisi le succès commercial, qu’il a voulu mâtiner d’impertinence… et nous nous sommes lancé dans iPod Backstage.

Vous avez travaillé à deux, sans jamais vous rencontrer. Comment vous êtes-vous réparti le travail ?

Nous avons réfléchi au canevas entre novembre 2004 et janvier 2005. Parallèlement, nous avons commencé la documentation. Nous avons débuté l’écriture en février, en se répartissant les chapitres. Vers la mi-avril nous avons envoyé une proposition à un nombre limité d’éditeurs et à la fin du même mois, nous avons été contacté par Dunod, qui nous a donné la mi-juillet comme objectif, pour terminer l’écriture des trois quart restant du livre.

Nous avons collaboré par iChat, que ce soit par texte, audio ou vidéo. Chaque fois qu’un chapitre écrit par l’un était terminé, l’autre le relisait et y apportait des amendements sur lesquels nous avons eu des discussions animées 🙂

Est-ce que ce mode de fonctionnement à distance a posé des problèmes particuliers ?

Les seuls problèmes que nous avons rencontré ont principalement concerné nos emplois du temps qui n’étaient pas souvent compatibles.

Quelles ont été les sources que vous avez utilisées ?

Apple étant très discrète sur ses produits, il nous a fallu travailler énormément en utilisant des méthodes de veille documentaire. Nous avions réunis une somme impressionnante d’articles de presse, de notes d’interviews, de documents techniques. La seconde partie de notre travail a consisté à vérifier nos informations, en croisant nos sources, puis en prenant contact avec les différents acteurs qui ont participé à l’aventure de la musique numérique. Nous avons vérifié les “rumeurs”, tordu le cou au célèbre “champ de distorsion” de Steve Jobs, pour ne pas tomber dans le panneau de la facilité.

Qu’est-ce que qu’ iPod Backstage amène comme informations nouvelles à ceux qui suivent régulièrement l’actualité Apple ?

Pour les “ultra-technoïdes graves” qui sont connectés en permanence sur Radio Cupertino, il n’ y a vraisemblablement que très peu de “pépites”, même si nous avons réussi à trouver une information exclusive sur l’origine du MP3. Pour les gens normaux qui découvrent la campagne des silhouettes à la Fnac, sur des affiches dans le métro, ou aux arrêts de bus, nous avons réunis les étapes clés de l’épopée de la musique numérique, de l’invention du format MP3 à la stratégie de conquête du marché par Apple. Nous espérons avoir écrit un livre agréable à lire, accessible à tous et bourré d’informations. Mais pour qui s’y plongera complètement, il y a aussi le bras de fer entre les différents concurrents du secteur et les croche-pieds des industriels.

Avez-vous eu accès à des documents ou des témoignages inédits ?

Oui. Et même de qui vous savez… Mais chut ! 😉

Apple a-t-il exprimé un intérêt ou une réticence particulière à ce que vous décortiquiez ses méthodes ?

Apple a fermé les yeux sur nos petites ruses 🙂 Nous avons eu complète latitude… En revanche la société a toujours intérêt à alimenter le buzz…

iPod Backstage sera-t-il, en cas de succès, traduit en anglais et en japonais ? – les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon étant les bastions des fans d’iPod

Oui, et nous recherchons aussi un traducteur Syldave 😉

Question boule de cristal : l’avenir de l’iPod, c’est quoi ? La vidéo ? Un lent déclin ?

Le déclin ne semble pas à l’ordre du jour ! Pour la fin de l’année 2005, ou le début 2006, Gilles et moi prévoyons que la concurrence de l’iPod se sera réduite comme peau de chagrin. Il y a déjà plus de 200 concurrents asiatiques qui ont mordu la poussière depuis le début de l’année, Rio qui a fermé ses portes… Le lancement de l’iPod nano est une manoeuvre stratégique pour écrémer encore plus le marché. Allez faire un tour sur http://www.ipodbackstage.com. Nous y suivons la saga de la dématérialisation…

Quant à la vidéo, c’est une des prochaines étapes sans nul doute. Mais la question de fond, c’est de savoir comment Apple va se positionner : sur quel appareil électronique. Personnellement, je ne crois pas à l’iPod vidéo… à moins que ce ne soit pour visionner des vidéoclips. Quant aux films Hollywoodiens, il n’y ont pas leur place… ou alors pour les “geeks”.

Là où beaucoup de monde risque d’être surpris c’est sur la téléphonie et les conséquences du partenariat entre Apple, Motorola et Cingular. Pour le moment, les critiques sont dures. Mais ce partenariat est d’une richesse incroyable. Nous pensons que l’avenir de la solution-musique passe en partie par là, et qu’Apple en fait l’expérimentation.