Suivez-nous

Justice

Fin de l’exclu iPhone : réactions

Il y a

  

le

 

Par

Nous avons contacté les porte-parole des différents opérateurs concernés. Voici leurs réactions.

Chez SFR que nous avons contacté, qui avait rejoint Bouygues Tel en appel en compagnie de l’UFC, on se réjouit de cette décision, en soulignant avoir pris langue avec Apple dès la décision en première instance du conseil de la concurrence. Les réseaux sont prêts, avec 70% de la population couverte, les offres tarifaires également, d’autant que nous avons une très bonne expérience de la 3G / 3G+ avec les Illimythics… En décembre ce sont 40 000 iPhones qui étaient sur nos réseaux. Cela valide le bien-fondé de notre stratégie de démocratisation de l’internet haut-débit partout, et pour tous”.

Les négociations avec Apple ne sont cependant pas terminées et il serait étonnant de voir arriver ces offres sur le marché avant 4 ou 6 semaines au plus tôt, nous a-t-on confié en apparté…

Chez Orange, on a pris acte de la décision de la Cour d’Appel, même si on s’est dit déçus que celle-ci ait pris en compte des faits erronés avancés par le Conseil de la concurrence, comme par exemple les estimations des investissements consentis en termes d’infrastructures et de réseaux, mais également de marketing et de commercialisation sur l’iPhone, estimation que l’organisme qualifie elle-même de “grossière” dans ses attendus. Notre interlocuteur soulignait que ceux-ci étaient calculés pour un retour sur investissement de 3 ans, reconductibles pour 2 ans de plus avec l’accord d’Apple et non sur 3 ou 6 mois comme c’est la pratique habituelle.

Celui-ci a également insisté sur le fait que le verrouillage des terminaux est une pratique habituelle chez les opérateurs, et non exceptionnelle comme l’avance le conseil, et que la subvention de la version 3G est effective sur le contrats de 12 et 24 mois, et non de 2 ans seulement. Enfin, Orange a sans doute été victime de sa communication un tantinet triomphaliste des débuts, puisqu’elle doit à présent se défendre d’avoir seulement vendu ses iPhones aux clients de ses concurrents…

L’opérateur espère faire entendre ses arguments en cassation, et devrait à présent faire le gros dos sur le sujet, du moins jusqu’à la publication de ses résultats trimestriels le 4 mars. A l’annonce de la décision, le titre a d’ailleurs perdu aux alentours d’ 1,2 %, à contre sens d’un marché orienté à la hausse lui de 1,2 %.

Chez Bouygues, pourtant à l’origine de la procédure, on s’est contenté d’un communiqué de satisfaction…