Suivez-nous

Economie

RIM : racheté par Microsoft ?

Il y a

  

le

 

Par

rim-blackberry-logo.jpg

rim-blackberry-logo.jpg Après la publication de résultats catastrophiques, RIM se retrouve logiquement au centre de rumeurs de rachats, son portfolio de brevets ainsi que ses portes d’entrée dans le monde professionnel restant une prise potentielle de choix (les BB restent tout de même les seconds smartphones en entreprise, très loin devant les Androphones ou les Windows Phone aujourd’hui).

Le bruit qui court, qui galope même ce matin sur l’ensemble de la toile, ferait état de la volonté de Microsoft de racheter l’entreprise canadienne, et de remplacer RIM OS par Windows Phone dans tous les Blackberry, le système de serveur Push mail de RIM étant lui aussi poussé vers la sortie par Exchange.

Si l’on pouvait douter de la pertinence de ce type de rumeurs il y a quelques trimestres encore, la dégringolade à vitesse accélérée du canadien à de quoi attiser aujourd’hui les convoitises de concurrents. L’option Microsoft fait sens puisque l’américain n’est pas dans une situation objective beaucoup plus confortable que le canadien, avec des ventes de Windows Phone certes en croissance, mais à des niveaux de volumes extrêmement faibles, ce qui fait d’ailleurs qu’aux US Microsoft occupe n’occupe plus que 2 % du marché des smartphones, un score plus de deux fois moindre que les petits 5 % de RIM.

Dans ce contexte, les 11 millions de BB vendus au dernier trimestre seraient presque une bouée d’air pour Microsoft qui malgré les analystes optimistes, les prévisions toujours remises de décollage de Windows, et malgré l’alliance avec Nokia, n’a pas réussi à faire émerger son système mobile au milieu d’un marché presque exclusivement verrouillé autour des solutions de Google et d’Apple.

Enfin, la rumeur d’un rachat par Microsoft est d’autant plus sérieuse que RIM a déclaré publiquement étudier l’option de la vente de l’entreprise et que concernant l’intérêt possible de Microsoft, aucun démenti n’est venu cette fois lever les doutes.

Source