Suivez-nous

Applications

Les 10 fonctions clefs de OS X Yosemite

Les principales nouveautés de Yosemite concernent la cohabitation désormais fluide entre lui et iOS ; mais pas seulement. Découverte des 10 fonctions clefs du nouveau système pour ordinateur de bureau de la Pomme.

Il y a

  

le

 

Par

1-activer-transfert-sms-yosemite.jpg

Yosemite débarque, et pendant que vous le téléchargez, découvrez avec nous les 10 principales fonctionnalités d’OS X 10.10, une version importante, qui fusionne plus avant les environnements Mac et iOS, tout en conservant les spécificités de chacun. Ce sont en fait nos actions qui passent aisément d’un environnement à l’autre.

HandOff

Commencez quelque chose sur votre iBidule, et continuez-le sur votre Mac Yosemite, ou l’inverse, c’est la promesse de handoff. Vous lisez une page web sur votre iPhone, arrivez devant votre Mac, une icône est affichée, sur le côté gauche du dock d’OS X, qui permet d’ouvrir la même page sur son Mac. Côté iOS, c’est presque pareil sinon qu’on accède à l’application concernée par le sélecteur multitâches (en appuyant deux fois sur le bouton home), ou en glissant vers le haut l’icône affichée en bas à droite de l’écran verrouillé.

Pour pourvoir bénéficier de Handoff, il faut l’activer dans les Réglages>Général du iBidule, et dans lesPréférences Système>Général sur le Mac. il faut aussi une machine comptable : un Mac de 2012 ou plus récent (équipés de puces Bluetooth 4.0 et supportant le Wi-Fi direct), un iPhone ou un iPad embarquant iOS 8. Les appareils doivent partager le même compte iCloud, et avoir le Wi-Fi et le Bluetooth activés.

Handoff fonctionne déjà très bien, mais essentiellement avec les applications Apple : Mail, Safari, Plans, Rappels, Messages, Notes. Cependant, GoodReader, une application tierce, fonctionne également avec ce système, et de nombreuses autres devraient s’ajouter maintenant que Yosemite est disponible.

Continuité

Continuité, c’est la possibilité de passer et recevoir des appels, des SMS depuis son Mac Yosemite, par le biais de son iPhone sous iOS 8. Seule condition, que les deux appareils soient sur le même réseau Wi-Fi. Lorsque vous recevez un appel sur votre iPhone, une notification s’affiche sur votre Mac, d’où vous pouvez décrocher, ou envoyer un message. Il est également possible de lancer une visio-conférence Facetime, dans la même fenêtre de notification.

Dans le même ordre d’idée, la fonction Instant Hotspot permet au Mac de se connecter au hotspot personnel de votre iPhone si les deux appareils physiquement proche (et sous réserve de l’option mode modem chez votre opérateur). Sans aucune configuration. Il vous suffit de sélectionner l’iphone dans les réseaux Wi-Fi du Mac pour activer le “hotspot”.

Coup de frais graphique

Un peu de transparence, beaucoup de blanc, certains râleront parce qu’OS X prend (trop ?) le chemin d’iOS mais dans l’ensemble le coup de frais de l’interface graphique est dédié à donner plus d’importance au contenu des applications.

Pour preuve, il n’y a plus de barres de titre à part entière les fenêtres. Les boutons permettant de les fermer / réduire / agrandir se sont déplacés plus bas, faisant gagner quelques pixels de hauteur et éliminant une zone d’interface qui n’avait pas grand intérêt.

Les adeptes de la personnalisation apprécieront de pouvoir choisir un thème foncé pour le dock et la barre de menus. Ceux qui ne seront pas adeptes des effets de transparence pas toujours bienvenus pourront s’en affranchir dans les réglages d’accessibilité.

Notifications vitaminées

Le Centre deNotifications adopte un look nettement plus séduisant, et s’organise autour de la fonction “Aujourd’hui”, qui résume en un clin d’œil rendez-vous, Météo, interactions sociales. Il affiche également la calculette, qu’on a aisément sous la main (mais qui fait double emploi avec celle du Dashboard).

Comme sur iOS, des éléments, proposés sur le Mac App Store pourront être associés. Il est possible de réorganiser la fenêtre à son goût, en saisissant les poignées affichées pour chaque élément, qu’on peut d”placer à sa guise. L’onglet Notifications reçoit… les notifications de vos sites préférés, et de vos apps.

Airdrop

Pour partager des fichiers entre deux machines Apple, rien de mieux qu’Airdrop. Existant déjà depuis quelques générations, il était réservé entre les Mac ou les iPhones mais pas les deux. Il était alors délicat de partager des documents d’un appareil à l’autre. Avec l’arrivée de Yosemite et d’iOS 8, il est maintenant chose aisée d’importer ou d’exporter ses fichiers.

Sur votre Finder, vous pouvez utiliser le menu « Aller » puis AirDrop (ou alors le raccourcis shift+command+r). Sur votre iDevice, il faut lancer le Control Center puis activer AirDrop. AirDrop vous proposera alors un menu permettant d’autoriser uniquement vos contacts ou tout le monde (c’est à dire toutes personnes se trouvant sur le réseau local compatible avec le service).
Les machines devraient normalement se voir l’une et l’autre, il suffit alors de glisser le document souhaité sur la machine ad-hoc pour lancer le transfert.

Des applications comme Photos, Safari ou Contacts intègrent directement AirDrop, le partage est alors plus pratique. Du côté de la réception des menus s’affichent en popup vous demandant votre autorisation pour le transfert.

AirDrop fonctionne donc avec les derniers appareils sous iOS 8, à savoir l’iPhone 5 minimum, et bien entendu, il vous faudra OS X 10.10 sur votre Mac.

iCloud Drive

Ce service apparu avec iOS 8 permet l’accès direct à vos fichiers sous n’importe quelle machine via le Cloud d’Apple. C’est l’ancien système Cloud Documents, mais en mieux. Vous avez un accès direct à vos documents, vous pouvez les mettre à jour, les modifier et les utiliser comme bon vous semble quelque soit votre machine. Cela ressemble fortement aux services de DropBox pour veux qui connaissent, mais selon Apple. D’ailleurs, via iCloud Drive, vous pouvez aussi partager des dossiers et fichiers à d’autres utilisateurs.

Sous le capot

De nombreuses nouvelles API vont faire leurs apparitions sur ce système, que nous aurons le loisir de détailler au fur et à mesure. De nouvelles versions d’OpenCL et d’OpenGL devraient améliorer le rendu et la vidéo. Les machines minimales pour faire tourner 0S X Yosemite 10.10 sont les suivantes :

  • iMac : mid 2007 et après
  • MacBook : 13 pouces Alu, late 2008 – 15 pouces, mid/late 2007 et après – 17 pouces late 2007 et après.
  • MacBook Air : late 2008 et après
  • Mac Mini : early 2009 et après
  • Mac Pro : early 2008 et après
  • Xserve : early 2009

Pour faire simple : ce sont les mêmes configurations minimales que sous Mavericks, si votre machine fonctionne sous OS X 10.9, elle tournera sous Yosemite. Votre machine doit disposer de 8 Go d’espace libre sur son disque dur et doit avoir au minimum 2 Go de RAM (nous conseillerons 4 Go pour une utilisation fluide et correcte).

Messagerie universelle

Avec Yosemite l’application Messages devient toujours plus universelle grâce au transfert de messages. À l’instar de FaceTime qui permet de passer des appels entre appareils iOS et OS X et désormais d’appeler n’importe quel contact en utilisant l’iPhone comme passerelle, l’application Messages permet d’envoyer des SMS à tous ses contacts.

Activez le transfert de SMS dans les réglages de l’iPhone puis envoyez / recevez messages texte et iMessage depuis n’importe quel appareil. Attention, pour en bénéficier, vous devrez attendre la sortie d’iOS 8.1 !

Dans OS X, le code couleur de l’application Messages est identique à iOS : vert pour les messages texte, bleu pour les iMessages.

Safari, plus compact et efficace

Si la transparence et les boutons plats font partie de la livrée globale d’OS 10.10, les applications principales ont aussi le droit à leur lots de nouveautés pratiques. Safari, le navigateur par défaut du Mac, a le droit à la même cure de jeunesse. L’interface se réduit encore un peu : le bandeau comprenant la barre d’adresses et les boutons est nettement plus compact, laissant ainsi plus de place au contenu.

La vue “Top Sites” autrefois affichée par défaut laisse place à une page regroupant favoris et sites fréquemment visités présentés sous forme d’icônes non sans rappeler iOS. Pour les nostalgiques, la vue “Top Sites” existe toujours.

Un pincement de doigts sur le trackpad ou un clic sur le bouton “Voir tous les onglets” affiche un “Exposé” des onglets ouverts et la liste des “Onglets iCloud”, regroupés nom d’appareil. La nouveauté pratique, c’est que d’ici vous pouvez fermer les onglets ouvert sur vos autres appareils.

iTunes, plus de place à la musique


Le mot d’ordre de la simplification des interfaces a été appliqué à toutes les applications. iTunes qui se pare enfin d’une icône à la couleur identique à l’application Musique sous iOS pour faciliter son identification.

Un peu de transparence, beaucoup (trop ?) de blanc et une navigation par icônes entre les différentes sections (Musique, Films, Séries TV, Podcasts, etc) ou entre “Ma musique”, “Listes de lecture” et “iTunes Store”. Un peu déroutant au début, après quelques minutes, cette nouvelle organisation a du sens même si le “tout blanc” fait un peu mal aux yeux.

Le mode “minimisé” se transforme en lecteur de poche ultra-complet avec différents modes d’affichage : contrôles, pochette d’album, liste. Il ne manque plus que des raccourcis-clavier universels et iTunes offre les fonctionnalités de logiciels arrêtés tels que CoverSutra (d’ailleurs, Sophia Teutschler a rejoint Apple, y aurait-il un lien ?).

Voilà pour ce tour d’horizon rapide. Et vous qu’avez vous découvert d’intéressant derrière la montagne Yosemite ?