Suivez-nous

Actu

HomePod mini et maxi profits

Le succès du HomePod allonge les délais et provoque le retour du « marché gris »

Il y a

  

le

 

Par

HomePod mini
© Apple Inc

Quel tabac pour le HomePod mini ! Cela faisait belle lurette qu’Apple n’avait pas connu un tel lancement de produit, et il faut sans doute remonter à 2005, avec la 5e génération d’iPod et la 1re d’iPod nano, pour retrouver de tels allongements de délai pour une nouveauté signée par la firme de Cupertino. Et le HomePod mini n’est pas seul dans ce cas, puisque 3 des 4 modèles d’iPhone présentés le 13 octobre dernier ont vu leur date de disponibilité s’allonger démesurément, dès l’ouverture des pré commandes dans les divers canaux de distribution.

On en entendra sans doute parler mardi soir en guise de mise en bouche, lors de l’événement spécial « One More Thing » programmé à 19 h, heure française, et qui sera consacré selon toute vraisemblance à la future lignée de Mac motorisée avec la plate-forme ARM : jamais sans doute la firme à la Pomme n’a connu un tel automne, de mémoire d’aficionado. Les iPhones 12 pro et pro Max ont rapidement vu leur délai de livraison s’allonger d’une dizaine de jours, quelques heures à peine après le top départ des premières prises de commandes, et la palme revient l’iPhone 12 pro avec 2 semaines de délai, et ce 2 semaines 1/2 après le départ des premières boîtes des différents centres  logistiques avancés.

Le plus beau lancement depuis longtemps chez Apple

On change d’échelle avec le HomePod mini : dès les premières minutes qui ont suivi 14 heures vendredi, heure à laquelle les pré-commandes ont été ouvertes sur la boutique en ligne d’Apple et sur les sites des différents revendeurs agréés, les délais de disponibilité n’ont cessé de s’allonger. En quelques heures, la date de livraison s’est décalée de deux à trois semaines, puis trois à quatre en fonction de la teinte choisie et des pays concernés. Si c’est le gris sidéral qui emporte l’adhésion un peu partout, et notamment aux États-Unis et en France, nos voisins allemands semblent avoir un tropisme particulier pour la couleur blanche.

 

Page Apple Store du HomePod

© Apple Inc

Si le délai annoncé par l’Apple Store en ligne est de 3 à 4 semaines aux États-Unis ou 4 à 5 pour le Royaume-Uni tous coloris confondus, il est passé de 3 à 6 semaines environ en France l’espace du week-end, et même à 7 à 8 semaines pour le modèle blanc en Allemagne.

Bien entendu, il n’en fallait pas plus pour que quelques petits malins croient flairer la bonne affaire : les annonces sur eBay se sont multipliées depuis ce week-end, avec des annonces postées des États-Unis mais également d’Allemagne, du Royaume-Uni et même d’Australie, chacun avec sa sensibilité. Car si les Américains annoncent franchement la couleur de l’objet en pré commandent chez Apple, les autres ne s’embarrassent pas d’autant de précautions.

Le retour du marché « gris »

La plupart des annonces, avec une, voire deux enceintes proposées, font figure de gagne-petit avec en outre une plus-value d’environ 50 % comme aux États-Unis, Royaume-Uni ou en Allemagne, d’autres se lancent carrément en faisant carrément « la culbute » en doublant la mise de départ, sur pas moins de 10 enceintes de chaque coloris. Le pari peut d’ailleurs fonctionner : un revendeur allemand qui n’a semble-t-il parié que sur le gris sidéral a déjà écoulé les deux tiers de ses positions à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Capture d’écran eBayProposant des HomePod

© Ebay

Reste que jusqu’à présent, outre les Américains, ce sont surtout les Allemands et les Australiens qui se sont montrés les plus réactifs à ce jeu-la : aucun français par exemple sur les 27 résultats depuis le portail français d’eBay en cette fin d’après-midi. Une explication à cela : le HomePod mini sera d’abord disponible dans un premier temps dans 10 pays seulement : en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne, aux États-Unis, en France, à Hong Kong, en Inde, au Japon, et au Royaume-Uni. Rien d’étonnant dès lors que l’Allemagne et l’Australie, qui entretiennent des échanges commerciaux importants voyant les coups de fil avec la Russie et la Chine, où les oligarques raffolent des produits Apple, se retrouvent à nouveau en position de plaque tournante du marché gris pour un produit rare.

La pratique n’est d’ailleurs pas nouvelle, et a longtemps concerné l’iPhone par exemple jusqu’à ce que Apple réussisse à mettre le holà en réduisant de plus en plus la différence entre les dates de sortie de l’iPhone en Chine ou en Russie avec le reste du monde. Et de fait, on ne voit plus les longues files de ressortissants chinois devant les Apple Store Américains, ou russes dans les revendeurs agréés des « spots » les plus prisés du tourisme de luxe européen. Au point que contingentement avait dû être mis en place, que ce soit dans les boutiques en ligne ou les magasins de brique et mortier.

Une solution à trouver

Pour l’heure, on ne sait pas encore dans quelle mesure la difficulté d’approvisionnement en composants nouveaux, donc « sensibles » en pleine pandémie de la COVID-19, de la traditionnelle prudence d’Apple en matière de lancements, de la réorganisation chez son assembleur Pegatron ou du réel engouement pour ces produits, est responsable de l’allongement des listes d’attente. 

En revanche, il serait étonnant que Apple, qui doit vraisemblablement gagner suffisamment sa vie sur le HomePod mini puisqu’elle ne prévoit pas d’incidence sur sa marge brute au trimestre prochain, laisse longtemps perdurer ce genre de spéculation, qui ne peut que nuire à son image, sans essayer de trouver une solution. Et ce d’autant plus qu’elle a vraisemblablement pas mal  d’ambition pour cette « famille HomePod », et que les différents législateurs et autorités de régulation regardent de plus en plus de travers du côté des multinationales de la Tech.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *