Suivez-nous

Actu

Apple One : un « prix d’Apple » pour les services de Cupertino

Au milieu des iPhone, Apple Watch et autres iPad, dont l’annonce est attendue aujourd’hui, devraient également figurer une offre de services groupée.

Il y a

  

le

 

Par

Service Apple multi plates-formes
© pexels-pixabay

Comme à l’ordinaire, la petite planète Tech (et même au-delà) pèse au trébuchet les dernières rumeurs pour essayer de déterminer quels devices devraient être annoncés cette semaine, et quelles pourraient être leurs caractéristiques. C’est oublier un peu vite  –mais n’est-ce pas le cas chaque année ?– qu’Apple annonce depuis 15 ans sa volonté de développer le volet des services au sein de son offre de valeur à hauteur du tiers de ses revenus. 

C’est pratiquement chose faite  puisque en trichant peu (la catégorie comprend aussi bien l’AppleCare, les services Cloud ou les tout récents services d’abonnement), les services ont représenté 22 % du chiffre d’affaires total de la société. Et ce, avec plus de 13 milliards de dollars, en hausse de 15 % par rapport à l’année précédente. Autant dire qu’à Cupertino on n’a vraisemblablement pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Et c’est dans ce contexte que Mark Gurman, qui semble  bénéficier de sources  privilégiées au sein de la firme à la Pomme, a fait état pour le compte de Bloomberg d’une petite bombe très attendue sur le sujet, au beau milieu des torpeurs aoûtiennes.

Un  « bouquet » très entêtant

Apple s’apprêterait en effet à regrouper dès ce début d’automne, en profitant de l’annonce de l’iPhone 12, l’ensemble de ses offres de contenu par abonnement, depuis Apple Music lancé en 2015 jusqu’à Apple Arcade, Apple TV+ et Apple News+, lancés officiellement il y a tout juste un an. Regroupés sous le nom de Apple One, les différents services seraient néanmoins déclinés en plusieurs bouquets comme on disait au temps lointain du câble. Histoire d’ajouter un peu de nouveauté et de peps, un service de coaching virtuel de fitness pourrait être présenté à cette occasion.

Baptisé « Seymour » en interne, le service disponible via une application dédiée serait présent dans le « pack » le plus haut de gamme et proposerait des sessions de classe virtuelle, comme un certain nombre de sociétés spécialisées telles Peloton Interactive Inc. ou Nike Inc le font déjà. On connaît depuis longtemps le tropisme de Tim Cook, le PDG d’Apple, pour les activités sportives en salle, mais un tel service présenté en septembre ou en octobre aurait bien entendu l’avantage de pouvoir mettre l’accent sur les fonctions « sport et santé » de l’Apple Watch. Précisément, celle-ci devrait connaître très bientôt une sixième génération.

Des offres très familiales

Pensée également pour les familles par Peter Stern, l’un des bras droits d’Eddy Cue, avec jusqu’à six personnes pour chaque service, l’offre groupée devrait permettre d’économiser entre deux et cinq dollars par mois, en fonction de la formule choisie. Même principe que lors du lancement l’année dernière, l’accès à la nouvelle offre devrait être gratuit pendant quelques mois, sous réserve de l’achat de nouveaux devices comme l’Apple TV, l’iPhone, l’iPad ou le Mac.

Le service de base devrait inclure Apple Music et Apple TV+, avec des variations plus cossues ajoutant le service de jeu en ligne Apple Arcade, puis Apple News+ et pour finir de l’espace iCloud supplémentaire, pour le stockage de documents et de photos. En revanche, d’autres services comme l’AppleCare ou Apple Card plus spécifiques devraient être vraisemblablement tenus en dehors de l’offre.

Un écosystème de plus en plus difficile à quitter ?

Alors que Apple s’enorgueillit très légitimement des succès critiques de ses premières réalisations, on voit bien tout l’intérêt que le géant californien peut tirer de ce genre de bouquet « tout compris », ou du moins plus accessible et plus étoffé que chacun des services « à la pièce », pris séparément. Il s’agit de rendre encore plus confortable l’écosystème, en incitant l’utilisateur (et l’ensemble de la cellule familiale) à s’y installer, y prendre ses aises… en espérant qu’il ne songe plus à le quitter. L’offre de contenu est en effet devenue pléthorique, en l’espace de quelques mois, aux États-Unis, mais également ici en Europe. 

Il ne s’agit pas seulement de grappiller quelques sous supplémentaires pour chaque utilisateur de l’écosystème Apple : Amazon et Google, ses principaux concurrents, proposent également de leur côté à la fois des services de contenu « au robinet », par abonnement, et les appareils électroniques capables de les diffuser. À mesure que des « Pure Players » de qualité, voire les poids-lourds comme Disney+ ou HBO + se positionne également, la course à la taille critique peut devenir de plus en plus serrée…

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *